Festival de Cannes 2015

L’Asie bien représentée au Festival de Cannes 2015

Cette année, force est de constater que l’Asie est plutôt bien représentée au Festival de Cannes ! Ainsi parmi les films asiatiques présentés on trouve des films japonais, chinois, taïwanais, indiens, thaïlandais, philippin et iranien. Tour d’horizon ! 

En compétition

La sélection rassemble en général un vingtaine de longs-métrages, c’est la section la plus réputée et la plus médiatisée, composée de cinéastes expérimentés. Pour voir ou revoir la présentation officielle des films en compétition, c’est ici et pour le palmarès  complet c’est ici.

Taïwan

  • The Assassin de Hou Hsiao-hsien – Prix de la mise en scène

Hou Hsiao-hsien est souvent considéré comme le chef de file de la Nouvelle vague taïwanaise. Six de ses films avaient déjà été présentés à Cannes et il a remporté le Prix du jury pour Le maître des marionnettes en 1993. Il revient cette fois avec un wuxia, un film historique sur fond d’arts martiaux, qui met en scène dans la Chine du IXè siècle une jeune meurtrière chinoise interprétée par Shu Qi (connue pour sa bouche pulpeuse et ses débuts dans des « films roses », mais aussi pour son rôle dans Millennium Mambo du même Hou Hsiao-hsien en 2001). À noter que le festival présentait initialement le réalisateur taïwanais comme de nationalité chinoise dans son programme, ce qui a rendu furieux Taïwan, et il a fallu l’intervention de la ministre des affaires étrangères de l’île pour que cela soit modifié sur le site du festival. The Assassin devrait sortir en France le 9 décembre 2015.

Chine continentale

  • Mountains May Depart de Jia Zhang-ke

Jia Zhang-ke avait obtenu le Prix du scénario à Cannes en 2013 pour A Touch of Sin et à reçu cette année le Carrosse d’or, prix décerné par la Société des réalisateurs français à un cinéaste pour l’ensemble de son oeuvre. Mountains May Depart est le premier film de Jia Zhang-ke tournée en partie hors de Chine, à savoir en Australie. L’histoire commence à la fin des années 1990 en Chine, dans la province du Shanxi (comme toujours avec Jia Zhang-ke), et s’étend jusqu’à 2025 au travers du destin et des amours de Tao, qui doit faire le choix entre deux hommes. Jia Zhang-ke tourne pour la septième fois avec l’actrice Zhao Tao, son actrice fétiche qui est également devenue sa femme en 2012. Le film est prévu pour le 9 décembre 2015 sur les écrans français.

Japon

  • Notre petite soeur de Kore-Eda Hirokazu

C’est le cinquième film qu’il présente à Cannes, après Tel père, tel fils en 2013. Trois soeurs plus âgées font la connaissance de leur demi-soeur de 14 ans le jour de l’enterrement de leur père et décident de lui proposer de l’accueillir dans leur maison familiale. On retrouve les thèmes chers au réalisateur: la famille, le deuil, l’absence. La « star » japonaise de 72 ans, Kiki Kirin, campe dans ce film le rôle de la tante. Sortie prévue le 28 octobre 2015 en France. Bande-annonce ici.

* Le dernier film de Gus Van Sant, La forêt des songes, se déroule lui aussi au Japon. Il raconte l’histoire d’un homme venu mettre fin à ses jours au pied du Mont Fuji qui, soudainement, aperçoit un homme blessé et perdu. Il décide alors de lui porter secours. Le film, avec Matthew McConaughey, Naomi Watts et Ken Watanabe, a été hué lors de sa diffusion à Cannes. Sortie le 9 septembre 2015. Premier extrait du film ici

* À noter également Dheepan de Jacques Audiard, vainqueur de la Palme d’or. Fuyant la guerre civile au Sri Lanka, un ancien soldat, une femme et une petite fille se font passer pour une famille. Réfugiés en France dans une cité sensible, se connaissant à peine, ils tentent de se construire un foyer. Une plongée dans la communauté tamoule en France. Sortie prévue le 26 août 2015. Premier extrait ici.

Un certain regard

Un certain regard met en perspective un cinéma plus original et audacieux que celui de la sélection officielle, et récompense des cinéastes encore peu connus.

Japon

  • An de Naomi Kawase

La cinéaste japonaise conte ici l’histoire d’un gérant alcoolique travaillant sans convictions, jusqu’au jour où une vieille femme, Tokue, insiste pour travailler avec lui. Il découvre son talent culinaire, en particulier pour faire la pâte de haricots rouges, ainsi que ses mains accidentées… Des rumeurs circulent, cette vieille dame aurait la lèpre, ce qui met en péril l’épicerie. Chose intéressante, le rôle de Tokue est interprété par Kiki Kirin, l’actrice de 72 ans également à l’affiche de Notre Petite SoeurSortie prévue le 21 octobre 2015. Bande annonce ici.

  • Vers l’autre rive de Kiyoshi Kurosawa – Prix de la mise en scène Un certain regarde

Habitué du Festival, cette année Kiyoshi Kurosawa (aucun lien avec Akira Kurosawa) revient avec une histoire mélangeant surnaturel et réalité, genre qu’il affectionne particulièrement, son film Real peut en témoigner. Vers l’autre rive raconte l’histoire de Yusuke, disparu en mer, qui revient trois ans plus tard chez son épouse et lui conte son voyage. Pourquoi son esprit est-il revenu ? Sortie probablement en septembre 2015.

* Pour plus d’informations sur les films japonais du Festival, je vous invite à regarder le reportage de deux minutes réalisé par Arte: Cannes 2015: le renouveau du cinéma asiatique.

Corée du Sud

  • Madonna de Shin Su-won

Après avoir réalisé l’excellent Suneung, Shin Su-won revient avec Madonna (et non ce n’est pas un biopic sur la chanteuse américaine du même nom, le titre est inspiré du tableau éponyme d’Edvard Munch). Il s’agit de l’histoire de Mina, surnommée Madonna,  victime d’un étrange accident. Son infirmière Hae-Rim tente d’obtenir le consentement de la famille pour un don d’organe afin de sauver un autre patient en attente d’une transplantation cardiaque. Mais Hae-Rim va faire de terribles découvertes…

  • The Shameless de Oh Seung-uk

Ce thriller suit une barmaid. Un policier se lie d’amitié avec elle afin d’attraper son petit-ami mafieux, qui vient de tuer un homme. Un film noir dans la lignée des oeuvres de Melville. Avec Jeon Do-yeon, unique actrice coréenne à avoir reçu le prix d’interprétation à Cannes pour Secret Sunshine du très bon Lee Chang Dong en 2007 (elle était également membre du jury lors du Festival de Cannes 2014). Bande-annonce ici.

Inde

  • Chauthi Koot (La quatrième voie) de Gurvinder Sing

À travers ce film, le réalisateur explore la région du Pendjab à la suite de l’assassinat d’Indira Gandhi, ancienne Premier ministre, dans les années 1980. Entre violence de l’armée et oppression des indépendantistes sikhs, deux récits se mêlent.

  • Masaan de Neeraj Ghaywan – Prix de l’Avenir Ex-aequo

Premier long-métrage du réalisateur, Masaan raconte l’histoire de quatre protagonistes vivant à Bénarès. Deepak, un jeune homme de basse caste, tombe amoureux d’une jeune fille qui n’est pas de la même caste que lui. Devi vit torturée par un sentiment de culpabilité suite à la disparition de son premier amant. Pathak, victime de la corruption policière, perd son sens moral pour de l’argent, et Jhonta, un jeune orphelin, cherche une famille. Le film est co-produit par Anurag Kashyap (réalisateur de Gangs of Wasseypur et Ugly, producteur de The Lunchbox). Sortie prévue le 24 juin 2015.

Thaïlande

  • Rak Ti Khon Kaen (Cemetery of Splendour) d’Apichatpong Weerasethakul

Vous vous souvenez de ce cinéaste thaïlandais, lauréat de la Palme d’or à Cannes en 2010 pour Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures) ? Et bien il est de retour avec l’histoire de 27 soldats, dans une petite bourgade de Thaïlande, qui sont atteints d’une étrange maladie du sommeil… Sortie prévue le 2 septembre 2015.

Philippines

  • Taklub de Brillante Mendoza

Après le passage du Typhon Hayan qui a dévasté la ville de Tacloban aux Philippines, les vies de Bebeth, Larry et Erwin s’entrelacent. Les survivants recherchent les corps des défunts, tout en protégeant leur propre vie et en conservant le peu de foi qui reste. Bande-annonce ici.

Iran

  • Nahid de Ida Panahandeh – Prix de l’Avenir Ex-aequo

Nahid est divorcée et vit seule avec son fils de 10 ans. Selon la tradition, la garde revient au père mais celui-ci a accepté de la céder à son ex-femme à condition qu’elle ne se remarie pas. Mais Nahid n’est pas à l’abri d’une nouvelle rencontre qui bouleverserait sa vie de femme et de mère. À noter que l’on retrouve au casting Sareh Bayat, Ours d’argent de la meilleure actrice à Berlin en 2011 pour Une séparation. Sortie prévue pour décembre 2015. Bande-annonce ici.

Hors-compétition – Séances de minuit

Sont présentés hors-compétition des longs métrages, souvent grand publics et à gros budget (du type Mad Max: Fury Road).

Corée du Sud

  • Office de Hong Won-Chan

Hong Won-Chan s’est fait remarquer en tant que producteur et directeur de la photographie de l’excellent thriller The Chaser, puis sur The Murderer. Sa première réalisation s’annonce fidèle à ce genre: Office est un thriller qui nous raconte l’histoire d’un détective enquêtant sur l’assassinat d’une famille, alors que les pistes mènent toutes au sein d’une entreprise dans laquelle le tueur est salarié.

* Certains médias français affichaient Bombay Velvet, le nouveau film du génial réalisateur indien Anurag Kashyap, en séance spéciale de minuit. Cela n’est pas le cas. Le film devrait néanmoins sortir en France, et Cannes est le parfait moment pour trouver un gros distributeur pour le film. Il y sera question de l’histoire de Bombay dans les années 60, de crimes et de jazz, un peu comme un bon James Ellroy.

La quinzaine des réalisateurs – Séance spéciale

Section parallèle du Festival de Cannes créée après mai 68, la Quinzaine des Réalisateurs a pour objectif de découvrir les films de jeunes auteurs et de saluer les oeuvres de réalisateurs reconnus.

Japon

  • Yakuza Apocalypse : The Great War of the Underworld de Takashi Miike

Takashi Miike est l’un des réalisateurs japonais les plus prolifiques avec près de cent films, dont Ichi the Killer en 2001. Il revient avec une histoire comme il les aime: Kamiura est un chef Yakuza légendaire. On dit qu’il est immortel, en fait c’est un vampire, un chef Yakuza vampire ! Kageyama est le plus fidèle membre de son clan, mais les autres yakuzas se moquent de lui : sa peau est trop sensible pour être tatouée. Sortie prévue le 20 juin 2015.

3 réflexions au sujet de « L’Asie bien représentée au Festival de Cannes 2015 »

Laisser un commentaire