L’Asie au Festival de Cannes 2019

Oui le Festival de Cannes c’est fini, puisqu’il s’est déroulé du 14 au 25 mai. Mais avec la sortie VF de Parasite, j’ai eu envie de refaire un tour d’horizon des films asiatiques présentés à Cannes cette année. Pour cette édition, 1845 longs métrages ont été proposés à la sélection officielle. Globalement, l’Asie se retrouve plutôt moins bien représentée que les années passées, avec seulement deux films dans la compétition officielle. Au niveau du jury, l’Asie était représentée par le réalisateur cambodgien Rithy Panh, membre du jury pour la Caméra d’or. À noter également l’absence de film japonais dans la compétition officielle, après la Palme d’or de l’an dernier pour Une affaire de famille.

En compétition

La sélection rassemble en général une vingtaine de longs-métrages, c’est la section la plus réputée et la plus médiatisée, composée de cinéastes expérimentés.

Corée du Sud

  • Parasite de Bong Joon Ho Palme d’or

Le réalisateur de Okja, Memories of MurderThe Host et le Snowpiercer est de retour cette année avec Parasite. Le film tourne autour d’une arnaque: la famille de Ki-taek est au chômage et s’intéresse au train de vie de la richissime famille Park. Un jour leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers chez les Park, ce qui est le début d’un engrenage incontrôlable. Le film est sorti en salles le 5 juin 2019.  Le film a séduit plus de 1,3 millions de spectateurs en France, il s’agit ainsi du plus gros succès d’un film coréen en France. La version française du film sort le 31 juillet au cinéma pour essayer d’attirer les réfractaires à la VOST.  En effet, les films coréens dépassent rarement le cap des 300 000 entrées en France et la VF n’est alors pas rentable…

Chine

  • Le lac aux oies sauvages de Diao Yinan

Diao Yinan avait été remarqué pour son film noir Black Coal en 2014, pour lequel il avait remporté l’Ours d’or à Berlin. Ce film raconte l’histoire d’une bande de voleurs de moto ainsi que la rédemption d’un voleur alors qu’il est poursuivi par la police. Sortie prévue pour novembre 2019. Trailer ici.

Un certain regard

Un certain regard met en perspective un cinéma plus original et audacieux que celui de la sélection officielle, et récompense des cinéastes encore peu connus.

Chine

  • Summer of Changsha de Zu Feng

Il s’agit du premier film réalisé par Zu Feng, jusqu’ici plutôt connu pour ses rôles à la télévision et au cinéma. Il y joue également le rôle d’un policier de Changsha chargé de résoudre une étrange affaire de meurtre.  Le réalisateur de Summer of Changsha n’a pas pu se rendre à Cannes pour présenter son film, officiellement pour “raisons techniques”. La même raison avait été avancée lorsque deux films chinois ont été déprogrammés en dernière minute au festival de Berlin en février 2019 (dont le dernier Zhang Yimou, One Second, qui traite de la révolution culturelle). En effet, Pékin a mis en place récemment une réglementation exigeant que les réalisateurs obtiennent une autorisation avant de pouvoir présenter leurs films dans des festivals à l’étranger.

Taïwan

  • Nina Wu de Midi Z

Midi Z est un réalisateur taïwanais dont les premiers films ont tous un rapport avec la Birmanie, pays où il a grandi. Nina Wu est différent: ce film, à travers l’histoire d’une jeune fille de campagne qui cherche à devenir une star, s’inspire de l’affaire Weinstein et parle du milieu du cinéma et de ses abus (insultes, viols, etc.).

Russie

  • Une grande fille de Kantemir Balagov

1945. La deuxième guerre mondiale a ravagé Léningrad. Au sein de ces ruines, deux jeunes femmes, Iya et Masha, tentent de se reconstruire et de donner un sens à leur vie. Sortie prévue le 18 septembre 2019. Trailer ici.

Hors-compétition – Séances de minuit

Sont présentés hors-compétition des longs métrages, souvent grand public et à gros budget.

  • The Gangster, The Cop and The Devil de Lee Won-Tae

Depuis quelques années, le cinéma de genre coréen est représenté au Festival de Cannes à la séance de minuit (on peut citer les années passées The Spy Gone NorthThe VillainessDernier train pour Busan ou encore The Office). The Gangster, The Cop and The Devil raconte l’histoire d’un gangster et d’un détective qui travaillent ensemble pour capturer un meurtrier. L’acteur Ma Dong-seok tient l’un des rôles principaux (il a été popularisé par ses rôles dans Dernier train pour BusanLe Bon la Brute et le Cinglé ou encore Nameless Gangster et on parle de lui pour un rôle dans le prochain Marvel The Eternals). Sortie prévue le 14 août 2019.

La quinzaine des réalisateurs 

Section parallèle du Festival de Cannes créée après mai 68, la Quinzaine des Réalisateurs a pour objectif de découvrir les films de jeunes auteurs et de saluer les oeuvres de réalisateurs reconnus.

Chine

  • Vivre et chanter de Johnny Ma

Zhao Li dirige une troupe d’opéra traditionnel Sichuan qui vit et joue ensemble dans la banlieue de Chengdu. Quand elle reçoit un avis de démolition pour son théâtre, Zhao Li le cache aux autres membres de la compagnie et décide de se battre pour trouver un nouveau lieu, où ils pourront tous continuer de vivre et chanter. Vous pouvez voir un de ces précédents court-métrage A Grand Canal ici.

Philippines

  • Halte de Lav Diaz

En 2016 le cinéaste philippin Lav Diaz avait battu un record en présentant un film de… 8 heures à la compétition berlinoise, A Lullaby to the Sorrowful Mystery. Cette année, Lav Diaz nous propose un film de “seulement” 4h39: Halte. Synopsis: Nous sommes en 2034. Cela fait trois ans que l’Asie du Sud-Est est dans le noir. Le soleil ne se lève plus, suite à des éruptions volcaniques massives dans la mer de Célèbes. Des fous dirigent les pays, les communautés, les enclaves et les villes. Des épidémies cataclysmiques ont ravagé le continent. Ils sont des millions à être morts, des millions à être partis. Sortie prévue le 31 juillet 2019. Bande-annonce ici.

Japon

  • First Love de Takashi Miike

Takashi Miike est un habitué du festival. Il revient avec First Love: Tokyo, la nuit. Leo est un jeune boxeur, il tombe sous le charme de Monica, une call-girl toxicomane mais vierge. La jeune fille est impliquée dans un trafic de drogue. Les tourtereaux vont être poursuivis par un policier corrompu, un yakuza et une femme-assassin envoyée par des groupes chinois.

La Semaine de la critique

La Semaine de la critique se consacre à la découverte des jeunes talents.

  • Séjour dans les monts Fuchun de Gu Xiaogang

Il s’agit du film de clôture du Festival et du premier long-métrage du chinois Gu Xiaogang, pensé comme le premier volet d’une trilogie. Synopsis: le jour de ses 70 ans, la doyenne de la famille Gu s’évanouit. Les médecins lui diagnostiquent alors une démence. Les quatre frères sont confrontés à des changements cruciaux dans leurs relations, tout en devant faire face aux problèmes de leur propre famille. L’histoire, à la manière d’une peinture traditionnelle chinoise, se déroule au fil des quatre saisons. Sortie prévue le 4 décembre. Extrait ici

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.