Chine contrefaçon

Chine: la contrefaçon pour les Nuls

Si en Occident le mot « copie » a plutôt une connotation négative, très souvent synonyme de « manque d’inspiration » ou encore de « contrefaçon», en Chine la vision est différente et la « copie » est  ancrée dans la culture du pays. Ainsi là où en Occident la copie n’est vue que comme une impossibilité pour le « moi » de s’exprimer, en Orient c’est une toute autre histoire. 

Des sièges « Vuitton » dans une voiture, à Datong

De l’écriture…

Les lettres de notre alphabet français ne signifient foncièrement rien. C’est l’assemblage de plusieurs de ces lettres qui forment des mots. Lors de nos plus jeunes années, il nous suffit d’apprendre ces lettres pour être capable de lire ou d’écrire. En Chine c’est un peu différent puisque la langue chinoise ne possède pas d’alphabet. On estime qu’il faut connaître environ 3 000 caractères pour pouvoir lire le journal. L’apprentissage même du Chinois est un processus de copie, plus visuel et imagé que notre alphabet et que notre apprentissage souvent par la dictée. Que ce soit à l’école avec l’apprentissage des caractères ou dans l’art avec l’apprentissage de la calligraphie, il s’agit de copier le maître. Il est nécessaire de copier afin d’apprendre. D’ailleurs, comme le note Cyrille J.-D. Javary dans La souplesse du dragon, la légende chinoise précise que Fuxi a recopié les lignes qu’il avait discernées sur le dos de la tortue sortie du fleuve, créant ainsi les caractères chinois.

A l’industrie textile…

Cette nécessité d’apprentissage par la copie se retrouve bien dans le domaine du textile. La Chine est effectivement le paradis pour les vêtements contrefaits (il suffisait de se balader à Yashow à Pékin pour comprendre). Mais ici également on retrouve cette notion d’apprentissage par la copie. La Chine ne disposant pas, à l’époque, de savoir-faire lui étant propre, on a vu le gouvernement encourager les entreprises à copier les méthodes occidentales. Toujours dans cette volonté d’apprentissage. Ainsi certaines entreprises chinoises ont connues une évolution structurelle, remontant la chaîne de valeur, passant par exemple de sous-traitant pour une marque étrangère à producteur de leur propre marque. Et dans la copie, le processus est le même : on commence par copier des sacs, par exemple Louis Vuitton, jusqu’à acquérir le savoir faire nécessaire pour développer ses propres produits. Imitation puis répétition. Et si je vous disais que la même usine peut fabriquer à la fois des vrais pour une marque de sport connue ainsi que des contrefaçons de la même marque ? Ou encore que les DVD pirates que l’on trouve à tous les coins de rue sortent des mêmes usines que les originaux ? Histoires vraies.

Photo prise dans une usine de la banlieue de Nanjing, en 2009

…en passant par les Arts

Le Musée des Beaux-Arts de Boston exposait fièrement une peinture censée dater d’entre 907 et 917 – période des Cinq Dynasties. Il s’est avéré que la peinture était une très belle copie réalisée par Zhang Daqian. « Par qui ? » me répondront certains. Zhang Daqian. Selon Wikipedia (certes vous êtes en droit de contester la source), Zhang Daqian est « l’une des figures les plus brillantes et les plus riches de la peinture chinoise du XXe siècle ». Certains affirment même que la plupart des grandes collections mondiales d’art chinois ont, évidemment sans le savoir, des copies réalisées par Zhang Daqian. Et pour les plus sceptiques d’entre vous, je vous rappelle que Zhang Daqian est devenu en 2012 l’artiste le mieux côté sur le marché international de l’art – oui devant Andy Warhol et Pablo Picasso. Si en Occident le goût pour la copie de grands maîtres de la peinture chinoise par un artiste aussi accompli que Zhang Daqian peut surprendre, en Chine, cela ne choque personne. Les plus grands peintres ont toute légitimité pour copier les plus grands chefs-d’œuvre et une copie réalisée à la perfection sera elle-même vue comme une œuvre. Par contre, est-ce que cela explique les copies des villes de Paris ou de Venise en Chine, ça je vous laisse vous faire votre propre opinion…

Beijing
L’Arc de triomphe… dans le parc à thème The World de Pékin

Pour aller plus loin:

Liberation – La Chine, atelier de la contrefaçon
Rue 89 –
Connaissez-vous Zhang Daqian, le Chinois qui a détrôné Picasso ? 

Laisser un commentaire