copyright ooredoo

Marketing: la stratégie d’Ooredoo en Birmanie

Ooredoo en Birmanie

Depuis deux ans, le coût des communications a été divisé par dix en Birmanie. Néanmoins, début 2014 acquérir une carte SIM vous coûtait toujours aux alentours de 100 dollars (ce qui était toujours 10 fois moins cher que sous la junte militaire y a quelques années). Mais récemment deux entreprises de télécommunications se sont installées sur le territoire birman, l’entreprise qatarie Ooredoo et les norvégiens de Telenor, avec comme but de proposer des cartes SIM à 1500 kyats, soit moins de 2 dollars. Le 2 août Ooredoo a officiellement lancé ses cartes SIM à la vente.

Ce lancement ne s’est pas fait sans quelques remous. Dans un pays où les rivalités religieuses sont encore légion, l’installation d’une entreprise venue du Qatar n’est pas passée inaperçue. Certains moines ont manifesté contre cette installation, invoquant leur crainte qu’Ooredoo utilise leur profit pour construire des mosquées, ce qui constituerait, selon eux, une menace pour le bouddhisme. L’installation de Telenor s’est paradoxalement faites sans vagues. Le groupe qatari était-il conscient de cette difficulté supplémentaire qui s’annonçait en se lançant sur le marché birman ? Cela justifierait en tout cas sa campagne marketing.

groupe qatari
    Pancartes Ooredoo en Birmanie, dans les rues de Rangoon

Depuis plusieurs mois déjà Ooredoo effectue une campagne marketing que l’on pourrait qualifier d’agressive. Les rues de Rangoon sont placardées d’affiches publicitaires au nom du groupe. Sur la devanture de presque chaque magasin de téléphones on peut voir des panneaux arborant le nom d’Ooredoo. Notre entreprise s’est vue démarché par Ooredoo et s’est vue proposée des cartes SIM afin de tester leurs services. Et malgré cette campagne plutôt visible, aucune date officielle n’était annoncée pour la mise en vente effective de ces cartes SIM. Puis le 31 juillet, le groupe affiche sur sa page Facebook une bannière annonçant le lancement imminent de cartes SIM à 1500 kyats à Rangoon, Naypyidaw et Mandalay.

Ooredoo marketing
Cette bannière, mise en ligne le 31 juillet 2014 sur la page Facebook du groupe, annonce le           lancement imminent de cartes SIM à 1500 kyats à Rangoon, Naypyidaw et Mandalay

Le lendemain, vendredi 1er août, en me rendant au bureau je passe devant ces magasins de téléphones. Quelque chose retient mon attention. Devant le magasin, ou plutôt au dessus du magasin, flotte dans l’air de grands ballons estampillés Ooredoo. Un peu plus loin, les vendeurs de rue sont abrités sous leurs grands parasols, saison des pluies oblige. Mais ce ne sont plus les mêmes qu’avant, ces grands parasols sont eux aussi au nom du groupe qatari. Ce qui est une bonne idée marketing dans un pays comme le Myanmar soumis à la chaleur et à la mousson. Quelques rues plus loin, j’en vois certains arborant le nom du concurrent, Telenor. C’est la première fois que je vois une publicité à leur nom. Faut dire que le budget du groupe norvégien ne doit pas être exactement le même que celui du groupe qatari. Ooredoo a même lancé une application gratuite pour les femmes enceintes voulant souscrire à leurs offres : une application donnant des conseils sur comment prendre soin de soi-même et de son futur bébé. Le groupe n’en est pas à son banc d’essai puisqu’ils avaient lancés une application spéciale pour le Ramadhan en Algérie par exemple. Une fois le marketing effectué, ne restait plus que le lancement effectif du produit.

marketing Ooredoo
                                          Parasols Ooredoo dans Downtown Rangoon

Le 2 août, Ooredoo a officiellement lancé la vente de ses cartes SIM à Rangoon, Mandalay et Naypyidaw. Certains magasins à Mandalay ont commencé à vendre les cartes SIM un jour avant la date prévue. Le 2 août les gens ont fait la queue devant les magasins pour obtenir leur carte et un nombre important de personnes s’étaient déjà enregistrées pour s’assurer d’obtenir la leur. La rupture de stock était inévitable. Certains clients ont parfois payé leur carte jusqu’à 10 fois le prix normal. Ooredoo a réagi sur sa page Facebook en demandant aux gens de ne pas payer plus de 1500 kyats. Dans la journée de nombreuses plaintes ont été émises de la part de ceux qui venaient d’obtenir leur carte : le réseau est mauvais, impossible d’appeler, se connecter à Internet coûte cher. Suite à cela le groupe a annoncé qu’il s’agissait d’une offre d’essai, qu’ils sont encore en train d’installer des antennes réseau et qu’ils offraient des appels gratuits en attendant le lancement officiel de leur offre et de leurs tarifs le 15 août. Au 15 août force est de constater que les plaintes sont toujours les mêmes. Certains magasins ont même arrêté de vendre les cartes SIM d’Ooredoo suite à de nombreuses plaintes de la part des clients. Ooredoo a annoncé avoir érigé une vingtaine de tours depuis début août et que le réseau allait donc logiquement s’améliorer d’ici peu. Telenor quant à eux ont annoncé le lancement de leur service pour septembre et quelques affiches commencent à apparaître.

A suivre.

3 réflexions au sujet de « Marketing: la stratégie d’Ooredoo en Birmanie »

  1. Telenor commence aussi à « innonder » – saison des pluies oblige! – les rues et de plus en plus de pubs fleurissent sur les baches des beer stations… Hâte de voir leurs offres!

Laisser un commentaire